fbpx
Follow Us On

Coproductions 2020-2023 | Programmation Cinéma

9 septembre 202314:30Cinéma du Musée | Musée des beaux-arts de Montréal

Description

  • HERBERT de Pauline Gervais x Alexandre Paskanoi (8 min) (2022)

«  HERBERT est un hommage dansé à mon grand-père, Herbert Berndsen, qui est décédé en février 2022. HERBERT, c’est un portrait de son passé tempétueux, de sa joie de vivre, de son départ tragique et de la personne inspirante qu’il était … HERBERT, c’est aussi ma manière de lui dire au revoir et de le faire vivre éternellement en mouvement et dans ma tête. » Pauline Gervais

HERBERT a été réalisé par Alexandre Paskanoi (Kinobloom) et interprété par Danny Morissette. Ce court-métrage est une coproduction de la 20e édition du Festival Quartiers Danses. Il a été présenté en Première Mondiale le 10 septembre 2022 au Cinéma du Musée du Musée des beaux-arts dans le cadre de la 20e édition du FQD. Il a été également présenté le 29 octobre 2022 au DANTZAN TZAN Fest à Vitoria en Espagne et au Athens Video Dance Project.

 

 

  • Touch de Kyra Jean Green et Brittney Canda (09:15) (2020)

TOUCH est un film de danse qui se déroule dans un futur imaginaire: où, pour des raisons inconnues, les humains vivent sans contact physique depuis très longtemps. Les personnages interagissent avec un simple appareil mécanique dans un grand espace privé, afin de faire l’expérience du toucher d’un être humain à l’autre pour la première fois dans un nouveau futur physiquement lointain.

 

 

  • Hall of Frames (6:51) (2020) de Charles Brecard et Do Phan Hoi

De tout, il resta trois choses :
La certitude que tout était en train de commencer,
La certitude qu’il fallait continuer,
La certitude que cela serait interrompu avant d’être terminé.
Faire de l’interruption, un nouveau chemin,
Faire de la chute, un pas de danse,
Faire de la peur, un escalier,
Du rêve, un pont
De la recherche…
Une rencontre.

 

  • EXUVIAE de Marites Carino x Elon Höglund (5:20) (2021)

La peau d’un animal, en particulier celle d’une larve d’insecte. Au sortir d’une pandémie mondiale, nous avons dû, contre toute attente, nous confronter à nous-mêmes. Avec ce nouveau regard, cette nouvelle conscience de soi et la prise de conscience de l’importance des autres, nous nous débarrassons de nos vieilles habitudes et découvrons de nouvelles façons d’être.

La cinéaste Marites Carino et le chorégraphe et danseur Elon Höglund s’associent pour explorer la possibilité d’une croissance physique, intellectuelle et spirituelle dans EXUVIAE, un duo de danse pour la caméra avec la danseuse Amara Barner.

 

 

  • REFUGE de Sandy Silva x Marlene Millar (03:17) (2020)

À travers des percussions corporelles et une chanson, Refuge fait référence à un lieu d’appartenance.

 

 

  • Smudge de Barbara Kaneratonni Diabo et Pepper O’bomsawin (5:20) (2020)

SMUDGE: [définition] « Une pratique utilisée par de nombreux peuples autochtones consistant à brûler des plantes médicinales et à se plonger dans la fumée. Elle est utilisée pour nettoyer, apporter une bonne énergie, dissiper le négatif, se connecter avec nos ancêtres et la Terre. »

Deux générations, le passé et le futur. La force de la tradition, l’isolement du monde contemporain. Rejoint par le sang, rejoint par la Terre. Cette connexion peut-elle surmonter le vide?

 

 

  • Résonance de Taafé Fanga et Erica Pomerance (2022) (10 min)

Ce court-métrage suit la création de la pièce Fauncal Se Ligueye par le groupe Taafé Fanga, ensemble légendaire de musiciens et danseuses polyvalents qui évolue dans le domaine des arts métissés au Québec depuis 20 ans.

On assiste à la captation multicam en salle d’une seule pièce musicale et chorégraphique créée par le groupe, entrecoupée de courts extraits de répétitions en pleine nature et en studio. Les paroles, chantées en langue wolof par le griot et maître percussionniste Sadio Sissokho, racontent qu’il faut croire en soi-même et persister pour obtenir du succès, malgré les difficultés rencontrées en chemin.

 

ENTRACTE (15 MIN)

 

  • Am I What I’m Not de Cai Glover x Max Machado (4 min) (2022)

Percevez-moi s’il vous plaît, même mon imperceptibilité
Et je suis une seive
Qui pleure quand tu me submerges
Si je pouvais attraper des mouches à la manière subtile des feuilles
Si je pouvais simplement me lever du canapé et partir
Et où serais-je alors ?
Si loin et si tard que je manque le changement des feuilles.
Si apathique dans l’espace que je suis ignoré par la brise.
centré sur un trottoir, marchant sur le côté, passant devant des voies ferrées et des choses cimentées.
Des doutes en béton
Plus lourds que les cieux où je passe mon temps.

 

 

  • Engrenage³ de Étienne Cantin & Véronique Giasson (7 :42) (2020)

Prises dans une danse réglée comme une horloge, les trois interprètes d’Engrenage³ évoluent au fil de la trame sonore à l’intérieur de ce lieu circulaire épuré, dans un monde où le contact humain s’est fait repousser du revers de la main. Ensemble, elles montent en puissance et en volume pour livrer une gestuelle à la fois machinale et effrénée.

 

  • Geysers de Samuel Tétreault x Francisco Cruz (6 min) (2022)

Cette pièce pour un danseur-équilibriste explore, au-delà de la virtuosité acrobatique, une démarche introspective et une réflexion sur la nature même de la notion d’équilibre. Dans un huis clos imaginaire au cœur du fouillis de notre inconscient individuel et collectif, ce solo questionne nos besoins de contrôle et de stabilité et nos désirs d’abandon et de liberté.

 

 

  • Jontae de Kyana Lyne x Siam Obregon (7:42) (2020)

Face à la pandémie mondiale et au réveil du racisme, un interprète consacre un moment à la catharsis personnelle par le mouvement.

 

 

  • L’ESSENCE QUI RESTE de Margie Gillis x Louis-Martin Charest (4:30)(2022)

L’essence qui reste est un poème visuel, une déclaration des valeurs au cœur de la démarche de la danseuse Margie Gillis. Dansé et narré par l’artiste, elle se livre avec candeur et authenticité: “Je cherche un processus de transformation, pour moi et pour mon public. La forme change, c’est l’essence qui reste. La forme disparaît, c’est l’essence qui reste.” Margie Gillis

 

 

 

  • ABYSSAL de Morgane Le Tiec & Xavier Curnillon (7 min) (2023)

Abyssal explore l’ambivalence d’une féminité complexe, engluée dans l’archaïsme et pourtant prétrie d’affranchissement. De l’obsession de pureté aux gestes aveugles d’une liberté sans repères, Abyssal sonde les profondeurs de l’intimité dans un repli sur soi à la fois angoissant et salvateur, révélant un corps dépouillé, ne cherchant qu’à exister.

Détails

  • Samedi 9 septembre 202311h00
  • Cinéma du Musée | MBAM
  • 90 minsEntracte de 20 min
9 septembre 202314:30

Coproductions 2020-2023 | Programmation Cinéma

Cinéma du Musée | Musée des beaux-arts de Montréal