Trip The Light Fantastic

Kyra Jean Green

Chorégraphe et interprète

Extrait de l’œuvre The Smile Club.

Durée : 50 minutes.

Spectacle de clôture, soirée intégrale.

Programmation en salle
Vendredi 17 septembre 20h
Samedi 18 septembre 14h30
Cinquième salle de la Place des Arts

The Smile Club

septet

La chorégraphie et le scénario de The Smile Club s’inspirent de prétendues pratiques psychiatriques appliquées à Budapest, en Hongrie, pendant la Grande Dépression. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la ville a été surnommée “la ville des suicides”. Le Smile Club met en scène un groupe d’individus internés dans un hôpital psychiatrique parce qu’ils souffrent de troubles mentaux. Ils reçoivent un traitement expérimental visant à réorienter leur négativité en les forçant à sourire bien qu’ils n’en éprouvent pas l’envie. En réalité, il s’agit de leur apprendre à masquer leur véritables émotions et sentiments pour faire semblant d’être heureux.

Biographie

Kyra Jean Green est une chorégraphe d’origine française, élevée en Floride et maintenant installée à Montréal. Elle est titulaire d’un baccalauréat en danse de la Juilliard School. De 2015 à 2019, elle collabore avec Les 7 Doigts de la Main à titre d’assistante chorégraphe, d’enseignante et d’interprète. En 2017, elle fonde Trip The Light Fantastic, une compagnie qui fait ses débuts au Festival Quartiers Danses. Elle y a, depuis, remporté le Prix Coup de Coeur du Public en 2016 et 2018. En 2019, son travail a été présenté en Allemagne, aux États-Unis et au Prisma Danse Festival du Panama.

Vision artistique

Mon objectif en tant qu’artiste est d’initier et d’inspirer le changement. Je le fais pour atteindre une meilleure compréhension de quelque chose que je ne peux pas saisir afin de le partager par la suite avec le public. Je puise mon inspiration dans les stigmas sociaux et remet en question ces idées à travers la danse. L’improvisation occupe une place importante dans mon processus créatif, me permettant de découvrir et de construire des thèmes chorégraphiques.

Crédits photo performance : Damian Siqueiros