Charles Brecard

Chorégraphe et interprète

Programmation en contexte urbain
Mercredi 8 septembre 12:30
Forêt urbaine, Musée McCord

Naufrago

Solo
Rescapé d’un monde à la dérive, un être y découvre son nouvel espace chutant sans relâche comme hébété, ébahi par le flot continu d’émotions, de sensations et d’informations qui s’écrase sur lui.
Accompagné du musicien-compositeur colombien Matéo Barrera (Révélation Radio-Canada 2020 Musique du Monde), l’interprète répond à sa mélodie, happé par une voix qui semble le guider avec bienveillance et sincérité, faisant face à un reflet de lui-même, un paisible alter-égo, une ombre chaleureuse.
La pièce, originalement créée pour un public des CHSLD lors des premières vagues de la pandémie, reflète notre sentiment d’impuissance face aux défis qui semblent se profiler devant nous. Cette perte de contrôle n’est certainement pas à combattre mais plutôt à accueillir et à se laisser porter par le flux des choses.
Accepter, faire le deuil de ce qui n’est plus afin de se relever et de s’élever pleinement, sereinement et humblement.

Extrait de l’œuvre Tokamak.

Durée : 20 minutes.

Programmation en contexte urbain
Samedi 11 septembre 11:00
Lien Nord, Canal Lachine

Samedi 11 septembre 14:00
Marché Atwater

Tokamak

Duo

TOKAMAK est un acronyme du russe : toroidalnaïa kamera s magnitnymi katouchkami, traduit par : chambre toroïdale avec bobines magnétiques. Ce terme est un procédé physique qui assemble deux noyaux d’atomes pour en former un plus lourd, l’énergie qui résulte de ce processus est colossale. Ce duo de danse contemporaine met en lumière les interactions humaines en montrant que c’est lorsque nous tissons de forts liens avec autrui qu’en résultent les actions et les émotions les plus grandes. Cette pièce souligne le délaissement de contacts humains réels au profit de liens virtuels, nous mettant ainsi face à deux êtres cosmonautes et vagabonds en perte de repères. Comment évoluent-ils ?

Biographie

Originaire de Nouvelle-Calédonie, Charles Brecard obtient son diplôme de l’École de Danse Contemporaine de Montréal (EDCM) en 2017. Il a depuis collaboré avec plusieurs artistes montréalais tels que Parts+Labour_Danse, Andrea Peña, Andrew Skeels et Martin Messier. Sa curiosité sans limites le pousse vers l’Europe où il participe à de nombreux stages de perfectionnement. Influencé par les danses urbaines, folkloriques et contemporaines, il développe une pratique en enseignement comme en création. Son travail a été présenté au Nouveau-Brunswick, à Montréal, en France et en Allemagne.

Vision artistique

  Adepte d’un mouvement brut, viscéral et esthétiquement reconnaissable, je puise mon inspiration dans le Krump, le Bboying, le Popping et de la fluidité du contemporain en visant à leur trouver un terrain commun. Je recherche avant tout l’équilibre entre la spontanéité de l’improvisation et la structure chorégraphique. Présentement, mon style se déploie vers une danse fluide, continue et expressive, travaillant entre deux pôles : tension et relâchement, afin d’osciller entre contrôle, puissance, sensibilité et abandon.

Crédits photo portrait : Olivia N’guyen

Crédits photo performance : Romain Lorraine

Crédits photo performance : Festival Quartiers Danses