Notre mission

Le Festival Quartiers Danses (FQD) a pour mission de démocratiser la danse contemporaine sous toutes ses formes et hybridités en la rendant plus accessible à tous les publics dans des lieux tant traditionnels qu’inusités. Le FQD offre des spectacles présentés par des artistes surtout locaux, mais également nationaux et internationaux. Il adopte une approche pluridisciplinaire de la danse de création par la diffusion de spectacles, de performances, d’installations, de films, d’expositions, de rencontres, de tables rondes et enfin d’ateliers de médiation culturelle.

Mandats

Présenter une diversité d’artistes
Participer au développement artistique du milieu
Amener la danse à son public
Augmenter le public pour la danse
Présenter une diversité d’artistes
Convaincu que la danse est un langage universel capable de parler à tous, le festival se veut inclusif avec les artistes de toutes les générations...

Talents émergents ou chorégraphes connus de création contemporaine, de tous les genres, de toutes les cultures et de tous les horizons (handicaps physique et mental, artistes des Premières nations et issus de la diversité). Le FQD présente des premières œuvres, des œuvres retravaillées ou en évolution (laboratoires de création) ainsi que des reconstructions issues du patrimoine chorégraphique; parfois interprétées par des artistes en voie de professionnalisation.

Participer au développement artistique du milieu
Mettre en avant la communauté artistique

Le festival donne une visibilité désirable à des artistes locaux et internationaux. Des échanges ont lieu avec d’autres villes, provinces ou pays pour faire connaître les artistes, chorégraphes et réalisateurs québécois en danse.

Amener la danse à son public
Favoriser l'inclusion

En adéquation avec son mandat d’inclusion, le festival rayonne dans plusieurs quartiers de Montréal, notamment par le biais d’ateliers de médiation culturelle dans des centres communautaires, éducatifs, sociaux et de santé afin d’élargir le plus possible l’accès à la danse à tous les publics.

Augmenter le public pour la danse
Le FQD met le travail des artistes en danse à la portée de tous les publics et privilégie leur participation.

Le festival diffuse dans plusieurs lieux répartis dans la ville de Montréal, en fonction des spécificités de chaque œuvre et en partenariat avec des lieux de diffusion reconnus, des lieux atypiques, des théâtres de quartiers, des universités, des cégeps et divers lieux publics. Il met de l’avant une politique tarifaire avantageuse ou d’entrée gratuite afin de répondre à son mandat de démocratisation de la danse contemporaine et d’en augmenter son rayonnement.

Découvrez notre équipe

Notre histoire

1987 – Rafik Hubert Sabbagh fonde la compagnie DANSE IMÉDIA à Montréal

Rafik Hubert Sabbagh, danseur, enseignant et chorégraphe, était le directeur artistique et général ainsi que le chorégraphe en résidence de cette compagnie de danse-théâtre. En résultent quatorze œuvres chorégraphiques en danse-théâtre présentées à Montréal et à New York qui incorporent le travail de chorégraphes, danseurs, metteurs en scène, dramaturges, compositeurs, musiciens et comédiens de cultures et de nationalités différentes.

1997 – Fondation de IMÉDIA / COMMUNICATIONS ARTISTIQUES INTERNATIONALES

Cette compagnie agit comme agence de développement et de promotion pour des compagnies de créations contemporaines d’ici, du Canada et de l’international. Ses activités comprennent l’organisation de tournées nationales et internationales en Europe, en Afrique et en Amérique du nord.

2000 – Fondation du Festival Quartiers Danses, sous l’ancien nom : Transatlantique Montréal

C’est cependant en 2001 qu’a lieu la première manifestation artistique à la Maison de la culture Frontenac. Cette manifestation comprenait 5 prestations, une exposition photo sur la danse et une conférence sur la mise en réseau des politiques culturelles et des initiatives indépendantes. Les Maisons de la culture de Montréal furent les premiers lieux de diffusion pour Transatlantique. En 2002, Transatlantique Montréal se retrouvait dans cinq d’entre elles : Frontenac, Rosemont-La Petite-Patrie, Plateau-Mont-Royal, Ahuntsic, et Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

2005 à 2007 – Transatlantique Montréal investit l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve

Grâce à un partenariat avec Pierre Larivière, agent culturel de la Maison de la culture Maisonneuve, Transatlantique Montréal crée annuellement une manifestation dans plusieurs lieux de l’arrondissement Hochelaga-Maisonneuve : à la Maison de la culture Maisonneuve, au Cégep Maisonneuve, au Musée du château Dufresne et à la Place Valois.

2008 – Transatlantique Montréal investit Montréal et lance son volet cinéma

À partir de 2008, on peut retrouver Transatlantique Montréal dans 5 arrondissements de la ville de Montréal : Côte-des-Neiges, Ville-Marie, Rosemont-La Petite-Patrie, Plateau-Mont-Royal et, bien entendu, Hochelaga-Maisonneuve. C’est également cette année-là que la première projection de film sur la danse à lieu à l’ONF et à la Bibliothèque de Verdun.

2009 – Transatlantique devient le Festival Quartiers Danses (FQD)

Ayant maintenant investi un nombre important de quartiers à Montréal, l’événement se devait de porter un nom qui le représente : Quartiers Danses. Le festival comprend alors beaucoup plus que des performances en salle et en contexte urbain. La programmation inclut également des ateliers, des projections de films et des expositions photo, toutes des activités en lien avec la danse création.

2012 – Marc Béland se joint au mouvement

Le danseur, acteur et metteur en scène, Marc Béland se joint au FQD en tant que porte-parole officiel, titre qu’il détient encore à ce jour en plus d’être président du conseil d’administration depuis 2013. Le FQD ne cesse alors de grandir et d’offrir de plus en plus de créations de chorégraphes locaux, nationaux et internationaux. 2012 fût aussi le début de partenariats privilégiés avec la Fondation Arte Musica et la Salle Bourgie du Musée des Beaux-Arts de Montréal, en plus d’investir, pour une première fois, le Monument National.

2013 – Création du volet médiation culturelle au FQD

Dans l’optique d’amener la danse où elle n’est pas, le FQD se lance dans une nouvelle mission : offrir, durant toute l’année, des ateliers de danse à des organismes sociaux, communautaires et de santé. L’équipe de médiation culturelle travaille avec différents publics, dont des jeunes enfants, des aînés, des personnes à mobilité réduite ou avec une différence intellectuelle et des nouveaux arrivants, des populations qui n’ont normalement que peu accès à la danse contemporaine. C’est aussi la première incursion du FQD à la Place des Arts pour les spectacles en salle et dans les espaces du Partenariat du Quartier des Spectacles pour les spectacles en contexte urbain.

2015 – La Place des Arts comme quartier général

Depuis 2015, durant les différentes éditions du festival, des artistes tant de la relève, mi-carrière qu’établis présentent leurs œuvres à la Cinquième Salle de la Place des Arts, en plus de visiter les 14 lieux extérieurs déjà investis répartis dans 5 arrondissements de la ville de Montréal.

2020 – Virage numérique

En réaction aux événements exceptionnels qui frappent l’année 2020, le FQD entreprend un virage numérique pour sa 18ème édition qui devient la première édition hybride en ligne et en contexte urbain. Le FQD dévoile une programmation de courts métrages de danse 100% montréalais co-créés par les chorégraphes du festival jumelés à des vidéastes locaux. Ce sont ainsi 16 courts métrages inédits qui sont présentés sur le site web du FQD en premières mondiales en plus d’une programmation de 20 courtes performances extérieures principalement dans le Quartier des Spectacles et au centre-ville de Montréal.

Le FQD aujourd’hui

Le Festival Quartiers Danses (FQD) a parcouru Montréal dans ses moindres recoins, avec pas moins de 85 lieux investis. Sur scène et en contexte urbain, ce sont des œuvres qui reflètent la puissance, l’identité, la temporalité, l’humour, la fougue et la révolte typique de la danse de création de Montréal, l’une des 6 capitales internationales de la danse.

Dans un esprit de partage, c’est un amalgame d’artistes établis, mi-carrière et de la relève qui ont su capter l’auditoire depuis 2001. Le FQD a permis de faire découvrir des chorégraphes majoritairement de Montréal, mais aussi d’ailleurs présentant, entre autres, des compagnies des États-Unis, du Brésil, de la France, de la Belgique, de l’Espagne, du Portugal, du Danemark, du Royaume-Uni, de l’Inde et de l’Afrique du Sud. De plus, le FQD a établi, au fil des années, des partenariats culturels d’importance avec, notamment, le Musée des Beaux-Arts de Montréal, le Musée McCord, le Musée d’art contemporain de Montréal, le Centre Phi, la Cinémathèque québécoise, la Place des Arts, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, le département de danse de l’Université Concordia et plus d’une douzaine de studios et compagnies de danse montréalais qui prêtent leurs espaces pour des résidences d’artistes. Après 18 éditions, le FQD, ce n’est pas moins de 1 745 artistes, 405 œuvres chorégraphiques, 121 films et courts-métrages sur la danse, 26 expositions d’art visuel et de photographie sur la danse, 70 conférences-rencontres avec le public et plus de 1000 ateliers de médiation culturelle.