Quartiers Danses sur Wellington !

Samedi 12 septembre, 15 h
Promenade Wellington
Face à l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs / À l’angle des rues Wellington et de l’Église (métro de l’Église)

 

2012 Kukai Large 1 par Jackie HopfingerJon Maya, Kukai Dantza (Pays basques)
Hazipenen Pozak

Rendez-vous, encontro, spotkanie signifient la même chose en allemand, en russe et en chinois. Il s’agit de langues différentes dotées de noms distincts, de sons, de mouvements et de sentiments multiples qui créent quatre spectacles qui se fondent en un seul.
Fortes d’un désir de travailler ensemble, les compagnies Kukai et Tanttaka Teatroa ont entamé leur collaboration en 2002. Par le fait même, une nouvelle voie pavée de sa propre vision est née.
Ils ont maintenant décidé de revisiter cette direction afin d’offrir une perspective renouvelée et une nouvelle pièce de danse.
 
Interprètes : Eneko Gil, Jon Maya, Ibon Huarte, Alain Maya, Urko Mitxelena
Répétiteur / œil extérieur : Mireia Gabilondo
Musique (composition) : Juan Mari Beltran, Iñaki Salvador, Mikel Urdangarin, Bingen Mendizabal, Rafa Rueda, Mikel F. Krutzaga
Arrangements musicaux :Laurentx Etxemendi
Costumes : Tanttaka Teatroa
Photographie : Gorka Bravo
Remerciements : Tanttaka Teatroa
 

fuck it 1 photocred Sonya Stefan.Catherine Lafleur (Montréal)
Fuck it

Pour cette pièce, la chorégraphe s’influence en partie du mouvement grunge des années 90 qui se caractérisait par une attitude de rébellion, de dérision, d’humour, de justice, de passion. Avec intensité et désinvolture, la danse traduit en mouvement le désir d’action, de révolte et d’affirmation. Elle se manifeste autant par sa fougue que par son apathie. Désillusionnés et sur la voie du dérapage, les corps évoluent dans un laisser-aller qui fait écho à un état d’esprit où tout est possible et permis.
 
Interprètes : Mathieu Campeau, Émilie Morin et Alessandra Regano
Répétiteur / œil extérieur : Nicolas Patry
Remerciements : Fuck it a bénéficié du Programme d’aide aux artistes en danse du département de danse de l’Université du Québec à Montréal.
 
Le public, Quartiers Danses, les merveilleux interprètes Mathieu Campeau et Émilie Morin ainsi que tous les artistes impliqués dont Alessandra Rigano. Le Pavillon de danse de L’UQAM, mon commanditaire favori, Sonya Stefan et mon indispensable répétiteur Nicolas Patry. Merci aussi à Meddy Boulom pour sa collaboration et son soutien.
 

Gari Garaialde / Bostok PhotoCesc Gelabert, Kukai Dantza (Barcelone)
Gelajauziak(fragments)

Cette pièce propose un langage chorégraphique empreint d’originalité, plein de force et de vitalité. Le spectacle, né d’une collaboration entre le chorégraphe Cesc Gelabert et Kukai Dantza, est le résultat d’une étude approfondie des danses traditionnelles basques.

Interprète : Eneko Gil, Jon Maya, Ibon Huarte, Alain Maya, Urko Mitxelena
Répétiteur : Jon Maya
Musique : Sabin Bikendi, Xabi Erkizia
Costumes : Iraia Oiartzabal
Photographe: Bostok
 

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????Jane Mappin(Montréal)
Au loin d’autres îles

Avec les participants d’Alternative communautaires d’habitation et d’intervention du milieu (ACHIM)

Elizabeth Suich(Montréal)
ConfiDanses de femmes

Avec les participantes du Centre des femmes de Verdun
 
Motivé par le désir de s’impliquer dans son milieu de façon croissante, le département de médiation culturelle de Quartiers Danses a démarré un nouveau projet des plus entraînants pour célébrer son implication communautaire ! Pour ce faire, nous soulignons l’enthousiasme et la vitalité du Centre des femmes de Verdun, de l’ACHIM et l’énergie des chorégraphes Jane Mappin et Elizabeth Suich. Ces dernières ont donné le jour à deux courtes créations surprises, où la sensibilité des interprètes-participants sera dévoilée en plein coeur de Montréal.
Quartiers Danses démocratise toujours davantage la danse de création et permet à des participants des ateliers de médiation culturelle de faire partie de la programmation artistique de la 13e édition. Une aventure remarquable, riche de sensibilités !
 

Groupe_pop_recadre¦üe_IMPIsabelle Boulanger, La Grande Fente (Montréal)
Sans lactose

Définition : Agir de manière à ce que toute action et ses effets ne causent aucune amertume.

Un groupe de femmes est projeté dans un monde où chacune d’elle se conforme radicalement à elle-même. Affranchies du regard extérieur et complètement désinhibées, elles obéissent ensemble au principe d’intégrité absolue. Elles forment un « girl gang » dans lequel chacune se distingue et représente quelque chose de précis, comme les Spice Girls l’ont fait. Elles forment un tout, une entité parfaitement équilibrée qui leur donne un soutien et justifie leurs écarts de conduite, leurs incongruités individuelles. Peut-on être trop soi-même ou trop intègre?

Mais à quoi faut-il obéir exactement? À tort ou à raison, les interprètes évoluent en se positionnant sur leurs désirs et leurs consciences. Elles sont inébranlables en groupe, mais affaiblies une fois isolées, ce qui explique peut-être certains comportements tordus et quelques flous identitaires. Elles sont imparfaites, mais totalement intègres ce qui les rend parfaites. Certaines auront parfois à négocier avec leurs convictions et seront profondément perdues. Elles feront des erreurs au passage, se montreront faibles, voir laides, mais là se trouve leur triomphe.

Imprévisibilité, ambigüité, absurdité, féminité.
 
Interprètes : Isabelle, Boulanger, Joanie Deschatelets, Stacy Desilets, Noémie Dufou-Campeau, Kim Henry
Répétiteur/œil extérieur : Simon-Xavier Lefebvre & Guillaume Biron
Musique (composition) : Guillaume Biron & Hubert de Roy
Costumes : Isabelle Boulanger
Éclairages : Renaud Pettigrew
Photographe : Christel Bourque
 

Extrait vidéo