Quartiers Danses au métro !

Mercredi 9 septembre, 17 h
Métro Berri-UQÀM (vers la sortie Saint-Denis/Maisonneuve)
1705, rue Sanguinet

 

_MG_4145-ModifierElizabeth Suich (Montréal)
Une ContreVérité | Urbanisée

Une ContreVérité est un duo dansé qui use du stratagème de la gémellité pour dépeindre un moment singulier de la vie d’une femme. Face à un miroir, face à son double, une femme s’admire, se coiffe, se maquille, semant progressivement trouble et ambigüité. Alors que la folie s’empare des mécanismes sociaux, l’humain révèle sa vulnérabilité et sa sensibilité. Pièce d’une quinzaine de minutes, Une ContreVérité vise l’essentiel et la simplicité. Cette pièce a remporté le Prix du public du Festival Quartiers Danses en 2012 10e Édition.
 
Interprètes : Maude et Sandrine Gobeil
Répétitrice :France Roy
Montage sonore : Sébastien Talbot
Costumes : American Apparel
Photographe : Vanessa Forget
Remerciements : Maude Gobeil, Sandrine Gobeil, Anne-Marie Brault, Manon Oligny, Sara Dell’Ava, France Roy, Département de danse de l’UQAM, Sébastien Talbot et Enilda Segovia.
 

fuck it 1 photocred Sonya Stefan.Catherine Lafleur (Montréal)
Fuck it

Pour cette pièce, la chorégraphe s’influence en partie du mouvement grunge des années 90 qui se caractérisait par une attitude de rébellion, de dérision, d’humour, de justice, de passion. Avec intensité et désinvolture, la danse traduit en mouvement le désir d’action, de révolte et d’affirmation. Elle se manifeste autant par sa fougue que par son apathie. Désillusionnés et sur la voie du dérapage, les corps évoluent dans un laisser-aller qui fait écho à un état d’esprit où tout est possible et permis.
 
Interprètes : Mathieu Campeau, Émilie Morin et Alessandra Regano
Répétiteur / œil extérieur : Nicolas Patry
Remerciements : Fuck it a bénéficié du Programme d’aide aux artistes en danse du département de danse de l’Université du Québec à Montréal.

Le public, Quartiers Danses, les merveilleux interprètes Mathieu Campeau et Émilie Morin ainsi que tous les artistes impliqués dont Alessandra Rigano. Le Pavillon de danse de L’UQAM, mon commanditaire favori, Sonya Stefan et mon indispensable répétiteur Nicolas Patry. Merci aussi à Meddy Boulom pour sa collaboration et son soutien.
 

Extrait vidéo