Hybridité et émergence – Collection 1

Jeudi 12 septembre, 21 h 30
Vendredi 13 septembre, 21 h 30

Studio Hydro-Québec du Monument-National

 

Issus de différents horizons, les chorégraphes de la série Hybridité et émergence nous montrent que la danse est un langage qui puise dans une diversité d’écritures. Cette première soirée combine avec une douce alchimie le travail de quatre jeunes chorégraphes dont l’œuvre se démarque par la synergie entre mouvement et musique. Rhodnie Désir présente une danse contemporaine qui s’enracine dans les rites traditionnels africains et qui revisite leur temporalité et leur expressivité. Philippe Meunier offre un travail qui métisse harmonieusement l’art cinématographique, la danse, le folklore québécois et l’art contemporain. Vanessa Bousquet explore avec son duo l’univers rythmique où la fluidité s’entremêle à la surprise des pulsations. Enfin, Sébastien Provencher propose un duo par lequel il teste les limites de l’articulation et du dialogue des corps.

Chorégraphes :

webRhodnie Désir - Ayewa @David FabregaRhodnie Désir (Montréal)
AYEwa

AYEwa est une onomatopée prononcée par l’être migrant qui cherche à trouver sa force intérieure au sein des repères de la routine appartenant à son passé. C’est également un remerciement des guides spirituels qui l’accompagnent tout au long de ce tourbillon répétitif. Par l’entremise de la danse contemporaine et du chant, Rhodnie Désir se penche plus particulièrement sur les gestes et les émotions qui surgissent du ballotement perpétuel et circulaire qui la pousse à une quête de repères. Sa voix semble, à certains moments, accoucher de soi avec force, comme un langage impulsif mais raisonné.

Interprètes : Rhodnie Désir
Répétiteur / œil extérieur : Zab Maboungou
Musique : Rhodnie Désir, extraits de l'album Pygmies in The Congo
Photographe : David Fabrega
Remerciements : Zab Maboungou / Compagnie Danse Nyata Nyata

LA PYRAMIDE DU SAUVEUR__Philippe MeunierPhilippe Meunier (Montréal)
La pyramide du Sauveur : revisitée

La Pyramide du Sauveur se décline en trois solos distincts qui explorent la thématique d’un triangle émotif basé sur la manipulation. La vidéo prend petit à petit une place importante et crée ainsi un dialogue avec le corps de l’interprète. Par conséquent, la projection double et triple la présence du danseur, consolidant la force d’impact émotive de la chorégraphie. En interrelation directe avec le danseur, le travail de montage participe au déséquilibre constant qui habite l’interprète dans sa quête émotive, à savoir de retrouver une paix intérieure après des soubresauts incontrôlables qui vont de l’apitoiement à la colère.

Interprète : Philippe Meunier
Répétiteur / œil extérieur : Benjamin Hatcher
Musique : Metamorphosis 1, 3 et 4 de Philip Glass
Concepteur, réalisateur et monteur vidéo : Philippe Meunier
Remerciements : Biennale de gigue contemporaine (BIGICO), Tangente, Quartiers Danses, Art Neuf, Lük Fleury et Jean-Philippe Lortie.

webVanessa Bousquet - Choriste @Philippe PoirierVanessa Bousquet (Montréal)
Choriste

« Groovy », féminin, en robe du dimanche avec juste ce qu’il faut de bassin, Choriste traverse les époques, explore les genres musicaux et décortique le concept du « groove » par le corps. Au moyen d’une gestuelle tout en rythme et en contraste, nos deux choristes ont développé différentes qualités de mouvement en déjouant leurs propres habitudes rythmiques et physiques, et elles proposent une composition où tout devient une question de pulsion. Avec son léger côté rétro, Choriste s’interroge sur les conceptions des pulsations et accentue les sensations qu’elles provoquent sur le corps.

Répétitrice / œil extérieur : Marie-Pier Bazinet
Musique : Félix Petit
Photographe : Philippe Poirier
Remerciements : Les départements de danse de l’UQÀM et de l’Université Concordia

webSébastien Provencher - Serait-il impossible de vivre debout @Maire-Andrée LemireSébastien Provencher (Montréal)
Serait-il impossible de vivre debout ?

Ce duo s’inspire du phénomène d’acculturation, issue de la rencontre des sociétés, de cet entrecroisement entre deux entités qui, par un contact perpétuel, tend à changer l’identité de chacun. Dans cette pièce, le chorégraphe se questionne sur la quête d’identité, sur la façon dont l’être humain cherche à appartenir à un groupe qui lui ressemble et comment il cherche à rejeter la différence. En collaborant de façon étroite avec le compositeur et les musiciennes, Sébastien cherche également à comprendre comment la musique et la danse peuvent vivre en symbiose et créer un dialogue en constante évolution.

Interprètes : Keven Lee et Sébastien Provencher
Répétiteur / œil extérieur : Marijoe Foucher
Conseillère artistique : Erin Flynn
Musique : Max Richter - Summer 2 (Vivaldi, The Four Seasons), Nils Frahm - Pause
Éclairages : Nancy Brussières
Photographe : Marie-Andrée Lemire
Musiciennes : Margaret Little et Susie Napper de la compagnie Les Voix Humaines
Remerciements : Je tiens à remercier le département de danse de l’UQÀM, mon alter ego Keven sans qui ce projet ne serait pas le même, Marijoe pour sa sensibilité et ses précieux conseils, Maurice-G Du Berger pour son écoute et ses perpétuelles remises en question qui m’ont fait évoluer dans ce processus, Marie-Andrée pour ses magnifiques photos et son talent inouï, Margaret et Susie qui ont su saisir mon univers chorégraphique et m’offrir cette belle occasion de collaborer avec elles, Erin sans qui je ne serais jamais où je suis aujourd’hui et le festival Quartiers Danses, qui m’a offert cette merveilleuse occasion de présenter mon travail chorégraphique.