Festival Quartiers Danses

Twitter Facebook Instagram
  • LORE | Anne-Flore de Rochambeau

    Date : 12 septembre 2017
    Heure : 7:00  à  8:00

    MARDI 12 SEPTEMBRE ▶︎ 19H

     Espace culturel Georges-Émile-Lapalme, Place des Arts

     

    PREMIÈRE – CRÉATION 2017

     © Hani Debbache

    LORE | Anne-Flore de Rochambeau

    Quatre danseurs assis face à une chaise vide attendent que quelques participants curieux viennent à leur rencontre et partagent avec eux une expérience autour du corps, de sa sensibilité et de son intelligence. Osez ce tête-à-tête poétique et dansé qui ne vous laissera pas indifférent. Anne Flore de Rochambeau a été présentée au FQD à plusieurs reprises en 2014 et en 2015, en salle et en contexte urbain.

    QuatuorParticipatif TémoignagneDanse contemporaine

    • Danseurs : Marine Rixhon, Gabrielle Surprenant Lacasse, James Phillips, Anne-Flore de Rochambeau, Marijoe Foucher
    • Œil extérieur : Sarah Dell’Ava et Jacques Poulin-Denis
    • Costumes : Anne-Flore de Rochambeau
    • Assistante à la création : Marijoe Foucher
    • Remerciements : Danse à la carte, en particulier Lisa Davis, et l’équipe du FQD
      LORE a bénéficié du soutien de Danse à la Carte et de l’Académie du ballet métropolitain.

     

    anneflore

    © Marie-Andrée Lemire
    BIOGRAPHIE DE LA CHORÉGRAPHE

    Anne-Flore de Rochambeau présente ses créations depuis 2013 sur la scène montréalaise ainsi qu’à Toronto et en France. En parallèle, elle crée le collectif Alt-Shift avec la chorégraphe Liliane Moussa pour le développement d’œuvres chorégraphiques in situ tel que leur projet Entrelacs qui a tourné avec succès à Montréal et ses alentours. En 2017, la chorégraphe présentera la nouvelle création LORE au festival Quartiers Danses et le solo Fadeout à Toronto au festival dance : made in canada / fait au Canada).

    VISION ARTISTIQUE 

    Explorant la nature sociale de l’individu, ses compositions reflètent les mécanismes inconscients qui caractérisent nos interactions. À la recherche d’une organicité tant dans les corps que dans les microcosmes qu’elle construit, son langage compose avec l’élan des corps en interaction. Il en ressort une structuration de l’espace complexe et sensible, matérialisant les différents réseaux qui nous connectent et conditionnent nos relations. La chorégraphe affirme un univers conceptuel et épuré, où son langage organique et intuitif permet d’éveiller un rapport sensoriel avec le spectateur.

    ANNE-FLORE DE ROCHAMBEAU